Suivez les pistes de vos artistes favoris Index du Forum

Suivez les pistes de vos artistes favoris
"Music is the best." -Frank Zappa

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

A Jacques Higelin

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Suivez les pistes de vos artistes favoris Index du Forum -> Keep calm and listen to an Lp -> KEEP CALM and EXPAND YOUR HORIZONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
luigii


Hors ligne

Inscrit le: 21 Avr 2015
Messages: 1 281
Localisation: Charmey (Suisse)
Masculin Verseau (20jan-19fev) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 16 Avr - 23:21 (2018)    Sujet du message: A Jacques Higelin Répondre en citant

 

 
Jacques Higelin est remonté au ciel après en être tombé. Tombé un jour où je devais avoir dix ans, attiré par ce morceau qui passait sur toutes les ondes. Comme à la radio, dirait Brigitte. Un orgue de barbarie, des sons sautillants, les arrangements de Jacno que je connaissais déjà. Un morceau qui m’a amené à Higelin sans le savoir mais qui aux oreilles de certains de mes cousins ou connaissances prêtaient à sourire. Eux aimaient IRRADIE, ALERTEZ LES BEBES ou bien encore BBH 75. Je ne connaissais pas le Champagne, ni le caviar. Je n’avais pas encore écouté « Mona Lisa Klaxon », « Boxon », « Aujourd’hui la crise ». Je ne savais pas qui était Areski. Je connaissais un tout ptit peu Brigitte parce qu’un jour on l’avait croisée dans une rue de l’Ile Saint-Louis. Sachant que je passais parfois des vacances entre Bastille et le Marais. C’est une famille musicale de cœur qui s’éparpille avec la mort de Jacques Higelin. Cette famille qui me donne du cœur à l’ouvrage, des coups de cœur. Le Courage de Vivre quand les coups de blues s’alternent avec les prises de bec. Je préfère me blottir au lit, bien au chaud, sans anorak, sans graisse de phoque.  
J’ai passé des années sans vraiment l’écouter et je l’ai découvert avec PARADIS PAIEN. Il était passé un jour au journal. Et avait dit « Je ne suis pas médiatique ». J’avais adoré sa manière de parler, de se recoiffer les mèches dans tous les sens. J’aimais son timbre de voix, gouailleur, quasi titi. J’aimais profondément son sourire qui animait un visage toujours illuminé par ce qu’il chantait et par les gens qu’il pouvait croiser. Alors voilà en cette presque fin de millénaire, entre Massive Attack, Prodigy et beaucoup de drum’n bass, pas loin du bonheur de la tentation, il y’eut donc ces « tranches de vie ». « Broyer du noir ». Quand la vie était folle et que tout ce ramdam était un rififi jouissif. J’ai beaucoup aimé ce disque même si désormais c’est par celui-ci que d’autres potes m’ont proposé un week-end de découvrir des vinyles magiques.  
Alors je suis allée vers la « Cigarette » et c’était à Reims en plus. Alors forcément, dans des états probablement « Hot Chaud », entre deux coupes, il y’eut des délires sur le champagne. « Ce qui est dit doit être fait ». A Côté de tout cela, le Parc Montsouris me paraissait un lointain souvenir. Finalement TOMBE DU CIEL ne tournait plus des masses mais c’est le disque de cœur quand même. Celui du valet de cœur, Jacno. Ce furent des moments géniaux. De pouvoir découvrir le magicien annoncer la promesse, le tour et le prestige. L’aviateur dans l’ascenseur, Denise, Œsophage Boogie qui parfois effectivement était à prendre au pied du verre. Est-ce que ma guitare est un fusil ? Ah la la, ce disque….quelle découverte, quel bonheur de pouvoir écouter un homme chanter, hulluler, rimer ainsi. Finalement, écouter, parler de Jacques Higelin était une plongée dans des phrases hors normes. Je pouvais déjà réciter des textes entiers d’Hubert-Félix. Mais lui…il apportait des textes sans dessus dessous. J’aimais lire les comptes rendus des interviews. Ces journalistes qui parfois allaient chez lui à Pantin, le long du Canal de l’Ourcq. Partis pour quelques heures sur le grill. Il fallait pouvoir tenir la discussion.  
Pis finalement, j’ai moins écouté. Mais un jour je l’ai vu pour la première fois en concert à Lille 2004. J’étais loin, pas au mieux, mais le charme opéra d’un coup d’un seul. Higelin sur scène….c’était plus qu’un don de soi, plus qu’un don de sa santé, de son cœur, de sa forme, de sa sueur. Jacques Higelin était rayonnant, irradiant et non irradié. Il sautait dans tous les sens. Il criait ses chansons avec la voix cassée. Qu’importe. Et surtout, il improvisait des ambiances hors normes. D’un seul coup, au milieu du concert, sous des lumières bleues, il se mit à improviser….une messe. En maître des cérémonies, faux prêtre, durant plus d’un quart d’heure, au son de l’orgue. C’était un moment extraordinaire. A prendre au troisième degré avec trois tonnes de TNT. Formidable et ce fut une sacrée révélation.  
Un jour d’automne, un de mes meilleurs amis m’offrit AMOR DOLOROSO. Que j’ai aimé immédiatement. Avec sa queue de paon notamment. Avec dans ce zoo humain, un crocodail et une kyrielle de beaux morceaux. Alors du coup, il me fallait le revoir, dans de bonnes conditions. Pouvoir découvrir Dominique Mahut sur scène parce que j’ai fini par comprendre que c’est lui qui contribuait à ce que ces concerts soient malicieux. C’était donc un soir de mars en 2007 au Bataclan. Sans aucun doute un des tous meilleurs concerts de ces années 2000. Plus de trois heures inoubliables à l’écouter hululer, danser, maugréer, sauter, crier, murmurer, pleurer faussement, chouiner, grincer, réciter, annoncer, célébrer ses mots, ses textes. Un régal incroyable où il donnait le sentiment de sourire à chacun d’entre nous. Comme si toutes et tous dans le public étaient essentiels. En temps réel. Je n’ai jamais vu un mec se donner autant, suer presque autant, à quasiment se tenir au bord de la corde raide en permanence. Il avait presque soixante-dix ans. Je crois me rappeler qu’Izia est arrivée à un moment donné pour chanter avec lui. Et pis quand il y’a eu l’entracte, survoltés par l’ambiance, on s’est mis à chanter « Frère Jacques » en chœur pendant au moins 5 minutes. Il est arrivé d’un seul coup et s’est mis à chanter avec nous, seul, puis peu à peu avec les autres musiciens. Il pouvait faire durer ses morceaux en déclamant les couplets sur plusieurs tons. La « Cigarette » par exemple durait au moins un quart d’heure. 
Ce mec était comme Cyrano avec la Tirade du nez. Il pouvait redire et redire ses refrains ou couplets sur différents registres tout en modulant la musicalité derrière. C’était génialissime. La queue de Paon était comme ça aussi. J’adorais la version live de « Crocodail ». « Ici c’est l’enfer ». Un concert extraordinaire, génial. Un mec terriblement humain dont j’ai ensuite savouré les disques qui suivirent. Avec délectation.  
Et puis lorsqu’il a sorti en 2016 HIGELIN 75, je ne m’attendais pas à ce que j’allais entendre. C’est un disque qui est sorti à l’automne. Des chansons barges, libres, dingues comme rarement on n’en avait réécouté. « Loco Loco » et le fabuleux « Habla Quoi ». Mais qu’est-ce que ça a tourné ces morceaux. A tel point que j’ai souvent cité ce disque comme un des meilleurs que j’avais pu écouter parmi ceux de Bowie, Iggy, Brian Eno, Barry Gibb ou Paul Simon. Higelin comme je l’adore, comme je le voulais avait sorti une œuvre hors normes avec en particulier ce « A Feu et à Sang » long, trop long, mais aux métaphores, images et allusions terriblement addictives.  
Higelin se goinfrait avec les mots, les avalaient et les régurgitaient à nul autre pareil. J’adorais ça, quand il se mettait à monter dans les aigus en se cassant légèrement la voix.  
Et puis…il y’avait Kuêlan Nguyen. La compagne de Jacquot. Qui un jour est donc arrivée avec lui au Château d’Hérouville pour le disque ALERTEZ LES BEBES. Le couple s’installe donc avec leurs enfants Ken et Arthur. Iggy était présent pour THE IDIOT et il aurait donc eu une très brève aventure avec elle. Ce qui lui inspira donc « China Girl ». Ni plus, ni moins. Mais il n’était pas le seul à avoir des vues sur elle. David Bowie était également présent pour aider son pote Iggy. En janvier 2016, peu après la mort de Lazarus, Kuêlan confirma en effet qu’elle avait reçue des avances de David Bowie mais qu’elle esquivait involontairement. Par peur, par crainte de céder à la beauté du britannique, elle mettait son doigt devant sa bouche en disant « chuuuut ». Une thèse admise par Higelin en personne mais sans jamais s’épancher plus que cela. Oh Oh Oh Oh… 

 
 

 
Et donc Higelin disparut des radars. Lorsque Bernard Lavilliers sortait son très bel album 5 MINUTES AU PARADIS en septembre dernier, à la fin d’une interview, il disait : « En ce moment, dans mon entourage, j’ai Jacques Higelin qui ne va pas bien ». On se doutait qu’un truc clochait. J’avais trouvé les quelques interviews récente avec une démarche ralentie, un débit de parole moins mitraillette, comme un air plus absent. En secret, il perdait l’usage de la parole, diminué. Alors il eut apparemment le temps de serrer Brigitte Fontaine contre lui. De revoir Areski Belkacem. De redire par les yeux qu’il aimait Izia et Arthur. Sa mort, vendredi 6 avril, je l’ai apprise au volant. En direction de Reims en plus. J’ai pris un coup très dur. Même si il venait d’avoir 77ans. Je ne m’y résous pas. Lui, il fait partie de cette petite famille de gens qui me sont proches. Avec Catherine Ringer, Bernard Lavilliers, Dominique A et quelques autres. 
Elle avait l’air belle cette cérémonie au Cirque d’Hiver. Avec aussi Sandrine Bonnaire et Daniel Auteuil. Izia qui chantait « Irradié ». Arthur H disait qu’il ne fallait pas être triste. Oui en un clin d’œil, défilaient aussi ces images de l’Abbé Pierre, quand Higelin défilait pour le droit au Logement. Jacques Higelin chantait et du coup on s’imaginait tout de suite dans un autre univers. Dans un monde fait de repaires, de cabanes sauvages, de paysages, d’utopies. Le plus beau des funambules, un artiste que j’aimais à croire venant du cirque, des arts de rue.  
J’aimais ses concerts, sa folie douce, ses rires, ses cris. Frère Jacques, plus question de dire « Dormez-vous » mais « Pars ». Qui dit mieux ? 

_________________
And I know it's got to be real
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 16 Avr - 23:21 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
20thCenturyBoy


Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2015
Messages: 2 120
Masculin

MessagePosté le: Mar 17 Avr - 12:45 (2018)    Sujet du message: A Jacques Higelin Répondre en citant

Je dois avouer ne connaître absolument pas le bonhomme, mais pour les fans et les autres, France Culture vient de remettre en ligne une très belle lecture-concert du Jeu et théorie du Duende de Garcia Lorca ; à la fin du texte, Higelin s'excuse avec des sanglots dans la voix de ne pas avoir (à son avis) réussi à retransmettre toute l'émotion que lui avait procuré ce texte, c'est assez émouvant.


https://www.franceculture.fr/emissions/fictions-theatre-et-cie/jeu-et-theor…
_________________
And every one of them words rang true and glowed like burnin' coal
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:53 (2018)    Sujet du message: A Jacques Higelin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Suivez les pistes de vos artistes favoris Index du Forum -> Keep calm and listen to an Lp -> KEEP CALM and EXPAND YOUR HORIZONS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com